Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 08:50

 

I-have-a-dreamComme dans un rêve...

 

9h du matin, la bouche pâteuse, quelque peu désorienté, j’émerge tous juste après une courte nuit s’apparentant plutôt à une longue sieste. Je fais preuve au réveil, comme souvent ces derniers temps, d’une étonnante souplesse puisque j’ai à nouveau la tête dans le cul…

Mais je ne résiste pas à l’envie de vous conter mes aventures nocturnes ! Pour cela retour dans le passé, 12h en arrière pour être précis…

 

20h55, soirée free car rien de prévu. Une liberté totale de mes mouvements ce soir. Passion prenante, mon choix d’activité pour la soirée s’oriente tout naturellement vers le poker. Mais la période n’est pas en ma faveur. Je rechigne un peu à jouer online où c’est carrément le désastre actuellement… Mais ce soir point d’amis à l’horizon pour brasser des jetons et distribuer des cartes. Et il est trop tard pour convoquer une table.

 

Mon PC est ouvert. Winamax aussi… Il me tend les bras, une petite voie me quémande d’ouvrir une session, elle me rassure pour mieux m’attirer et me chuchote dans un coin de l’oreille : « Vient mon ami, vient jouer, tu es dans mauvais cycle certes, mais ça va tourner… Fait moi confiance. »

J’ai peine à la croire et pourtant elle me convint.

Et elle me convint juste à temps pour m’inscrire dans le genre de tournoi qui m’attire en ce moment : les deepstack.

Il est 20h59 et je m’inscris, sans conviction je dois bien l’avouer, à ce 50€.

Beaucoup de prétendant à la victoire finale ce soir. Habituellement, deux grosses centaines de combattants, mais ce soir est soir d’affluence.

Avec 355 adversaires, le prise pool devient intéressant. Cela me booste un peu le moral pour aller chercher quelque chose. L’ITM interviendra à 40 left et l’heureux vainqueur verra sa bankroll gonfler de 4 bons gros milliers d’euros…

En parcourant rapidement la liste des inscrits, je comprends assez vite le pourquoi du comment de l’engouement soudain du soir. En effet, parmi la liste qui défile sous mes yeux aussi vite que mon doigt active la roulette de mon rongeur préféré, je découvre la participation de plusieurs professionnels.

Et c’est avec une surprise non dissimulée que je vois une bonne partie de la team Winamax inscrite! Un petit coup d’œil sur le chat m’apprendra la raison de cette présence massive des hautes sphères pokériennes de Winamax : Ils se sont lancés dans un petit défi entre eux, avec side bet à la clef comme de bien entendu. A qui ira le plus loin… Dixit le chat, le side bet serai conséquent, de l’ordre de 1000€ par tête !

Le tournoi s’annonce périlleux mais d’autant plus intéressant et motivant.

 

21h. Les tables s’ouvrent et je suis partagé entre peur et excitation. Mon compagnon de droite n’est autre que Davidi Kitaï, allias Kittbul. Le plus français des joueurs belges, réputé très actif, va marcher sur la table, c’est sur ! Heureusement, j’aurais la position sur lui, un moindre mal.

Ma stratégie de début de tournoi est simple. Prudence maximum voire auto card dead. Et ce, pendant au moins 2 à 3 tours de table coûte que coûte. Ma discipline doit être de fer. Je veux fixer mes adversaires avant d’agir.

 

La distribution commence et je me vois débuter en BB.

Et ma discipline va en prendre un coup d’entrée malgré moi. Comment pourrais-je coucher cette première main alors que j’ai deux beaux A rouges devant moi ?

A partir de là, cela s’enchaîne à la vitesse de la lumière.

En milieu de parole, un joueur relance à 4BB, le bouton 3bet à 11BB. La configuration est parfaite pour moi. Je sens que je peux emmener l’un des deux à tapis pré flop et je relance à 25BB.

Insta push tapis du premier larron, immédiatement suivi par le bouton.

Je n’ai plus qu’à appuyer sur F2 et prier pour que mon American Airlines tienne !

Je ne peux m’empêcher de manifester ma joie par un contenu « Yes ! » lorsque je découvre que je fais face à deux paires de roi ! Le flop, hauteur 9 et arc en ciel, m’assurant la gagne, mon second « Yes ! » est beaucoup plus sonore tout comme le « C’est bon ça ! » qui l’accompagne !

 

Un départ idyllique. Me voilà à 60050 (merci Kittbul pour la SB) et accessoirement chip leader. Déjà une satisfaction de pouvoir dire que je l’aurai été une fois.

Ma stratégie est automatiquement revue et étant donné la profondeur acquise avec ce coup, je m’autorise à élargir ma range dés à présent en rentrant avec toutes les mains spéculatives qui se présenteront.

Mais je ne jouerais quasi plus rien mise à part mes blinds. Une impression d’avoir pris un abonnement aux poubelles m’enveloppe. Tant est si bien que mon stack se trouve presque inchangé à la première pause où je sors entretenir mon futur cancer des poumons.

Les deuxièmes et troisièmes heures ne sont guère plus heureuses mais je monte quand même régulièrement quelques jetons supplémentaires, principalement en jouant pré flop.

 

Me voilà après 4h de jeu et je suis clairement retombé dans la nasse avec 84000 pions.

Le chips count m’annonce 37ième sur les 55 survivants, bien en dessous de la moyenne qui est à plus de 120000. Mais la situation n’est pas alarmante. Avec mes 20BB, je ne suis encore pas dans la zone rouge. Cependant, il va falloir agir et prendre des risques, la bulle approche, et je n’ai pas envie de la jouer ultra short, en risquant de perdre mon tournoi contrains et forcé sur un coup de dé aléatoire. Quitte à sauter hors de la monnaie, autant le faire de suite afin de gagner quelques minutes, voire heures, de sommeil. Ainsi que de diminuer le sentiment de frustration qui augmente exponentiellement à l’approche de la bulle.

 

Et c’est là que mon tournoi va véritablement commencer ! Je me mets à rentrer dans beaucoup de coups et le pire est que je vais toucher systématiquement. En l’espace de 20 minutes, mon tapis va grossir telle une truie se gavant dans un champ boueux ! Je vais littéralement me gargarisé en quintuplant mon stack à l’aide, successivement, d’une quinte flopée, de trois brelans face à des doubles paires, d’une magnifique couleur contre une quinte max et, cerise sur le gâteau, d’un full aux 7 par les 6 qui étrille le full… aux 6 par les 7 de mon infortuné adversaire.

La bulle n’est plus un souci à ce moment là et quand elle éclate enfin, j’ai virtuellement 4 jolies jetons de 100000 devant moi !

Avec plus de deux fois la moyenne, je traverse la suite du tournoi avec la délicatesse d’un ouragan frappant la Nouvelle-Orléans.

 

Arriver en table finale devient, presque, une formalité. Je danse sur ma table. Je virevolte au dessus de mes adversaires. Je manie un Boeing 747 pendant que mes copains de tablée peinent à diriger leurs vieux coucous…

Fort de mes 2.6 millions de chips, la TF, que j’aborde en chip leader, va être une partie de plaisir !

De plus, point de professionnels assis à cet ultime buffet. Pour la petite histoire, c’est le benjamin du team, Tristan Clémançon, qui s’octroiera le side bet en finissant aux portes de la finale, 14ième!

 

Je suis clairement au dessus. Personne n'ose revenir sur mes relances. Toutes mes actions passent. Les décisions à prendre me semblent évidentes. Je respire les cartes. Madame soleil m'habite. Je suis en trance. En un mot, je suis le boss. A tel point que l'on me renomme Hugo.

Un à un mes compagnons de table finale rompent sous mes coups de buttoir. Un seul résiste à mes assauts, caché sous son pseudo "Papy47".

 

Plus que 5 joueurs, puis 4, 3 et c'est le heads up final face à Papy. Celui-ci est déséquilibré en ma faveur. Je possède 5 millions, contre 2 gros millions. Le face à face est disputé. Chaque pion est ardemment défendu. Mais force est de constater que, petit à petit, je me fais grappiller, ronger, dégrossé. Le bien nommé Papy fait de la résistance. Et mieux que ça.

Nos stacks s’équilibrent sensiblement mais je garde la tête de cordée pour quelques centaines de millier quand intervient, ce que je ne sais pas encore, l'ultime main de ce tournoi.

 

Depuis le bouton, comme à chaque fois, je relance à 2.5BB avec, cette fois-ci, ma main préférée : Q7 à cœur. Mais papy défend en callant.

Le flop s'ouvre sur un merveilleux Q77. Papy mise les 2/3 du pot.

Cette fois je l'ai ferré. Je n'ai plus qu'à mouliner et le ramener tranquillement sur la rive, en le délestant le plus grassement possible. Je fais gonfler le pot en relançant petitement. Papy paye.

La turn est une brique et ne change rien. Papy check non sans avoir pris son temps.

Je mise le pot. Je suis sur qu'il a une belle dame qu'il ne lâchera plus. Et Papy mort une fois de plus en me relançant.

C'est le moment de le mettre dans l'épuisette et j'envoie tapis. Insta call de Papy qui me montre QQ pour un full max flopé... Je suis quasi card dead. Le poisson n'est autre que moi. Non seulement il m'a attrapé, correctement hameçonné par la gorge. Il m'a enfiloché et me voilà quasiment dans la poêle, prêt pour la friture...

Le temps d'attente pour voir tomber la river est insoutenable, d'une durée infinie... Mais elle apporte mon seul out avec le dernier 7 du paquet!

Les GG et autres félicitations fusent dans le chat.

 

J'ai gagné! La perf tant espérée est là. Je suis aux anges. Je ne peux m'empêcher d'hurler, de bondir...

C'est comme dans un rêve...

 

Mon premier geste est d'appeler mon ami pour lui narrer cette formidable prestation, pour partager ma joie.

Je prends mon portable, commence à pianoter les 10 chiffres me séparant de la nouvelle que je vais lui annoncer. Tous se bousculent dans ma tête, je tremble de bonheur. Je n'ai plus qu'à lancer l'appel en appuyant sur le bouton vert quand mon portable me coupe la chique en sonnant...

 

 

Il me faudra quelques secondes pour réaliser. C'est mon réveil matin qui vient de sonner.

 

4h du matin, la bouche pâteuse, totalement désorienté, j’émerge tous juste après une courte nuit s’apparentant plutôt à une longue sieste. Je fais preuve au réveil, comme souvent ces derniers temps, d’une étonnante souplesse puisque j’ai à nouveau la tête dans le cul…

Il faut aller finir la semaine. Je prends mon poste de travail à 5h...

 

J'espère juste avoir fait un rêve prémonitoire...

 

 

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 08:45

 monacall

 

Vous croyez aux extra-terrestres??? Non? Et pourtant ...ils sont parmis nous, ils s'habillent comme nous, mangent comme nous, ils se mélangent à nous...Par contre ils ne réfléchissent pas comme nous!!! 

N'ayez pas peur ils ne sont pas tous dangereux, j'en ai même trouvé un gentil sur le forum de Jessy, son nom: Monacall !! Sa fait froid dans le dos n'est ce pas??!?
Comment je sais qu'il est extra-terrestre puisqu'il nous ressemble? Ben vous lirez ces écrits et vous vous rendrez vite compte que cet homme, (créature devrais-je dire?) n'a  pas la même constitution cérébrale que  nous.
Mais ce qui est sur c'est qu'il a un talent fou pour me faire rire. 
Monacall, j'ai fait sa connaissance sur le forum de Jessy. Il fait parti des joyeux lurons présent depuis la création de se forum et je lui ai toujours trouvé un talent pour l'écriture. Je lui ai répété plusieurs fois qu'il devrait tenir un blog mais le monsieur doute de sa capacité a le mettre à jour régulièrement. 
Comme je trouvais dommage, que ses écrits restent entre les "petits murs" du forum, je lui ai proposé de tenir sa propre rubrique ici même afin de vous faire partager ses textes souvent originales, inattendus mais toujours très drole. Les commentaires que vous lui laisserez, finiront peut être par le convaincre d'écrire sur un blog a lui.
Je vous laisse apprécier son dernier écrit paru intialement sur le forum mais qui mérite d'être partagé en attendant son prochain billet. Bonne lecture.
 
 
"Tout joueur de poker digne de ce nom utilise le langage que le milieu impose.
Parce qu’il faut paraître bien. Parce qu’il faut paraître « in ».
Parce que le poker est aussi un jeu d’égo. Et que comprendre et se faire comprendre, « ça le fait ». Et que plus « ça le fait », plus ton égo est flatté.
Que ce soit volontaire ou pas, consciemment ou pas, c’est comme ça. Un gars qui parle bien avec des mots compliqués, c’est cool. Mots, soit dit en passant, qu’il a entendu dans une situation précise. Le moment présent ressemble à cette situation, c’est le moment de replacer son savoir !

Cela peut devenir comique quand les expressions sont mal employées car mal comprises. Car oui, il suffit de prononcer pour paraître. Comprendre n’est finalement qu’une option facultative. Sauf si un petit malin vous demande d’expliquer…
Et quand on sait que la plupart de ces expressions sont dans la langue de Shakespeare, on devine que les situations loufoques sont légions entre le timing et la phonétique !

Bref, toute cette introduction philosophique, à laquelle vous adhérerez ou pas, pour en arriver au thème de ce billet : Le poker et ses expressions.

Malgré que l’on ne saisisse pas toujours tout, malgré que ce soit de l’anglais, il est devenu monnaie courante d’adapter le vocabulaire « pokeristique » aux situations de la vie quotidienne.
Passage en revue et explication de plusieurs de ces expressions !


Le bad beat :

Au poker : Coup perdu pour lequel on était allègrement favori. Plus généralement, dernier coup joué dans un tournoi.
A la maison : Beaucoup de situation font figure de bad beat. Prenons en une parmi tant d’autre : La coupure d’électricité alors qu’il reste 5mn de jeu dans la demi-finale retour en ligue des champions de votre club favoris. On notera que le suspense est toujours à son comble au moment de la dite coupure…
Au travail : La journée est finie. Enfin presque. En gros, les dossiers sont classés, le PC est éteint, l’atelier est propre, l’esprit est tourné vers la bière qui vous attends à la maison. Et bien non, faudra patienter car votre chef, qui n’a pas la notion de l’heure actuelle, vous appelle pour au pire vous confier une mission qui ne peut attendre demain. Au mieux, vous tenir la langue pendant de trop longues minutes…
En voiture : La traditionnelle crevaison alors que vous êtes sur la route pour la cérémonie de mariage de votre meilleur ami. En retard et en costard évidement.
Au WC : Grosse commission mais plus de papier. Ou pire, plus mesquin, il ne reste que 2 feuilles dont une qui a fusionné avec le rouleau…
Au lit : Superbe soirée. Superbe conquête. La carpette est écaillé sous les draps, échaudée comme jamais. Ce soir, c’est ton soir… Sauf que la boite de capote est vide.


Le miss click :

Au poker : Action malencontreuse et involontaire. Plus généralement, alibi donné à la suite d’un call douteux. (Pour s’excuser quand le call s’avère gagnant, pour se dédouaner quand celui-ci est perdant)
A la maison : Confortablement installé dans le canapé, le film est passionnant, c’est le moment de la scène clef. On monte le son pour ne rien rater… Sauf qu’on appuie sur le mauvais bouton et qu’on change de chaîne.
Au travail : Le traditionnel « transférer à tous vos contacts» au lieu du simple « répondre » pour un mail coquin de votre collègue…
En voiture : Arrivé au péage, c’est le moment de passer à la caisse. Sauf que l’on glisse la CB dans l’emplacement ticket et vice-versa !
Au WC : Grosse commission faîtes, donc grosse trace. Utilisation de la brosse pour nettoyer tout ça. Sauf que l’on enclenche la chasse d’eau en s’appuyant sur le WC. Un peu de rafting pour la brosse et la main qui la tient…
Au lit : Oups ! Pardons chérie, j’ai visé 5cm trop bas (ou trop haut, c’est selon).


Runer runer ou backdoor :

Au poker : Possibilité d’amélioration sur 2 cartes, la turn et la river. Plus généralement, raison invoquée pour justifier un call hauteur 7.
A la maison : Assis à table en train de manger. En prenant le pot de cornichon, vous heurtez votre verre qui fait mine de vouloir se renverser. Et en voulant le rattraper, dans la précipitation, vous le poussez encore plus afin d’être sur qu’il tombe et se casse : 2 actions pour arriver à ses fins.
Au travail : Votre chef vous confie une mission en vous imposant une manière de faire. Une fois terminée, il revient vers vous et vous annonce qu’il fallait faire autrement. Mission corrigée, il pense finalement que le mieux est de refaire comme la première fois ; ou la fameuse runer runer décision !
En voiture : Ca pile devant vous. Vous êtes réactif au freinage et évitez la collision de justesse. Le gars qui vous suit l’est beaucoup moins et vous emboutit l’arrière tout en vous poussant sur la voiture de devant. L’accident backdoor quoi…
Au WC : Assis sur le trône, constipé et la veine frontale prêt à imploser. Mais rien à faire, ça ne veut pas sortir. Vous vous décidez à partir et vous vous levez. Mais c’est à ce moment que l’envie revient de manière fulgurante. A nouveau en position assise, toujours rien à faire, ça reste bloqué… A noter ici, que l’on peut faire face à du double voire triple backdoor !
Au lit : Pas besoin de détail non ?


Drawing dead :

Au poker : Se dit d’une main lorsque celle-ci ne peut plus battre une autre. Littéralement « tirage mort ». Plus généralement, moment où l’on choisit de jouer son tournoi sur un tirage alors qu’il y a carré en face.
A la maison : Vous rentrez d’une soirée. Il est forcément tard (ou tôt) et vous êtes bien accompagné (par l’alcool). La lumière s’allume avant que vous n’ayez (re)trouvé l’interrupteur. Pas la peine de tenter une explication, vous êtes drawing dead.
Au travail : Prise de poste à 8h. Vous arrivez donc à 9h. Et la trace de l’oreiller sur la joue en plus des yeux en trou de pine font que, là aussi, la tentative saugrenue pour sauver les apparences est drawing dead.
En voiture : Mais monsieur l’agent, je vous jure que je ne téléphonais pas au volant… Pas la peine, face à un agent assermenté, vous êtes drawing dead…
Au WC : Encore et toujours en train de faire votre grosse commission et on tambourine à la porte. Inutile de chercher une excuse sur la raison du pourquoi de l’air ambiant.
Au lit : Vous avez tant bien que mal réussit à camoufler un pet en pantoufle mais celui-ci est particulièrement malodorant. A partir du moment où vous êtes que 2 dans le lit…


Coin flip :

Au poker : Situation récurrente ou la probabilité de gagner est égale à la probabilité de perdre. Plus généralement, coup que l’on perd plus souvent que l’on gagne.
A la maison : Vous rentrez de nuit chez vous, il fait sombre et vous n’y voyez rien. Un trousseau de 2 clefs mais une seule porte.
Au travail : Vous arrivez légèrement en retard. Mais c’est la 3ième fois cette semaine. 2 chemins pour rejoindre votre bureau : Le couloir principal qui longe le bureau du boss (paroi vitrée évidement) ou la porte de derrière munie d’une alarme automatique à l’ouverture.
En voiture : Vous arrivez à un péage, 2 files d’attente équitablement garnies…
Au WC : La grosse commission à satisfaire d’urgence alors que vous êtes dans la rue. Direction les WC publics mais faut choisir entre le WC traditionnel sans battant ou le WC turc…
Au lit : Je dors à gauche ou à droite ? Je laisse votre imagination faire le reste !


Je suis sur que ces situations vous sont déjà arrivées ou vous arriverons un jour!
Comment ça non???? "
Repost 0

KINGYOANN78

 

Wikio - Top des blogs - Jeux d’argent

PageRank Actuel

 

kingyoann78.jpg

 shark-copie-1.jpg

Mes prochains Lives

Rien de prévu

 

 

Archives

Mes + belles perfs

Mes 10 + belles perfs on-line

 

1° -  13/01/2012 :

Micro série event 1, 10€ (5 / 9303 joueurs) = 3349€

 

2° - le 10/10/2010 :

GSOP Finale Grand Slam, buy in token 1000€

6 / 46 joueurs  = 2448€

3° - le 30/01/2012 :

150€ Super Lundi (5 / 278 joueurs) = 2334€

4° - le 11/07/2010 :

20€ deepstack (1er / 639 joueurs) = 2144€

5° - le 20/04/2011 :

10€ (XTRA sur Winamax) (2 / 1539 joueurs) = 1920€

6° - le 12/03/2012 :

150€ Super Lundi (6 / 272 joueurs) = 1783€ 

 

7° - 28/11/2012 :

5€ Cinq Majeur (2 / 3700 joueurs) = 1411€

 

8° - le 11/11/2012 :

30€ TRILOGY (12 / 5276 joueurs) = 1350€ 

 

 

9° - le 07/06/2012 :

50€ Super 9 (3 / 245 joueurs) = 1162€ 

10° - le 08/08/2012 :

50€ Super 9 (3 / 198 joueurs) = 1120€  

 

 

 

Mes plus belles perfs live

1° - le 26/11/2010 :

Satellite pour le WPT Marrakech, buy in 225€ R/A

1 / 90 joueurs  = ticket 5000€ pour le WPT

 

2° - le 01/09/2012 :

DSO Paris, buy in 550€

57 / 582 joueurs  = 1350€

 

3° - le 28/11/2010 :

Tournoi freezout bounty

Casino La Mamounia, Marrakech, buy in 100€

2 / 35 joueurs  = 850€

4° - le 23/07/2011 :

Side Event Riga Poker Dream

Royal Casino de RIGA (Letonie), buy in 34 Lats (=50€)

3 / 69 joueurs  = 309 Lats = 452€

5° - le 27/11/2010 :

WPT Marrakech, buy in token 5000€ DAY 1 A

97 / 137 joueurs 

En ce moment il y a...

Compteur de visiteurs en lignes

Visiteurs

free counters

Depuis le 07/06/2010